Lynn Conway – 2 janvier 1938 – …

Lynn Conway est sans doute LA personne trans* qui a eu, et continue d’avoir, le plus d’influence positive sur la vie des habitants de cette planète. Pourtant dans son rôle de pionnière de notre cause, elle a souffert de toutes les discriminations possibles.

La première vie

Née garçon le 2 janvier 1938, Lynn grandi à White Plains dans l’État de New-York. Elle manifeste très tôt des signes de dysphorie de genre. Elle entre au Massachusetts Institute of Technology, M.I.T, en 1955, à l’âge de 17 ans, mais abandonne ses études malgré des notes remarquables après une tentative de transition avortée en raison des conditions médicales désastreuses de l’époque.

Elle travaille alors quelques années comme technicienne en électronique avant de reprendre ses études à l’école d’ingénieurs de l’université de Columbia dont elle obtient le bachelor en 1962, et le master en 1963.

Repérée par IBM pour son centre de recherche, elle rejoint en 1964 l’équipe qui travaille au développement des premiers supercalculateurs. Elle invente en 1965 la gestion généralisée des instructions dynamiques, une avancée clé pour le développement des ordinateurs super scalaires. Ces techniques sont aujourd’hui généralisées dans tous les microprocesseurs.

À cette époque, Lynn est mariée et père de deux enfants.

L’effondrement

Ayant entendu parler des travaux du sexologue et endocrinologue Harry Benjamin, Lynn lui demande son aide et devient sa patiente en 1966. Elle commence à prendre des hormones en 1967 et se prépare à être une des premières femmes transgenres américaines à subir une opération de réassignation lorsqu’elle annonce à IBM sa volonté de faire sa transition.

Cette annonce déclenche un cataclysme au sein du management d’IBM qui la licencie immédiatement. Les quelques amis qui la soutenaient dans sa démarche sont alors apeurés et l’abandonnent. Elle part seule se faire opérer à l’étranger après s’être vu interdire l’accès à ses enfants et contrainte de divorcer.

La renaissance

À son retour, elle arrive à changer complètement de nom et commence sa vie de femme en “mode furtif”. Épanouie, heureuse, elle fait redémarrer sa carrière en travaillant dans des entreprises informatiques. 

En 1973, elle est recrutée par Xerox pour son nouveau centre de recherche de Palo Alto. Elle publie en 1978 un article (Introduction to VLSI Systems) avec le professeur Mead du Californian institute of technology (CalTech) qui devient rapidement le texte de référence pour le design des microprocesseurs. La méthode s’appelle d’ailleurs la méthode de Mead-Conway.

Sa carrière prend alors l’ascenceur. Elle enseigne au M.I.T. En deux ans, plus de 100 universités du monde entier adoptent son texte et sa méthode pour enseigner le développement des microprocesseurs. Le ministère de la Défense lance un ambitieux programme de recherche pour tirer parti de ses travaux. Des dizaines de start-up se créent autour de ses publications. Mais personne ne connaît son secret et elle n’aurait jamais pu survivre si tel avait été le cas.

La vie de femme

Dans les années 1980-1990, Lynn vit une vie trépidante. Ses travaux sont internationalement reconnus, elle est professeur à l’université du Michigan, elle vit en couple avec Charles Rogers.

Ce n’est qu’en 1999 que des historiens de l’informatique découvrent ses travaux chez IBM et son invention. Ils recherchent alors l’ingénieur auteur de cette avancée et grâce aux informations recueillies auprès d’anciens d’IBM arrivent à la retrouver. Totalement effrayée au début, elle se rend compte peu à peu qu’elle peut être fière de sa vie et de ses réalisations. 

Consternée par la situation des femmes trans* au début des années 2000, toujours rejetées par leur famille, leurs proches, le système judiciaire et la société, Lynn se rend compte que sa propre histoire pourrait les aider.

Elle explique alors dans les médias et sur son site internet le miracle de la libération de son corps masculin et le bonheur de se sentir enfin elle-même. Elle raconte que des milliers de femmes sont dans son cas aux États-Unis, des femmes heureuses ayant réussi leur vie, mais vivant cachées par peur du jugement de la société et de ses conséquences. À l’opposé, de jeunes transgenres continuent à perdre leur emploi, à être bannis de leur famille et être rejetés par leurs amis lorsqu’ils ou elles cherchent de l’aide.

Elle s’engage pour la protection des transgenres, notamment sur le marché de l’emploi hautement qualifié. Elle lutte pour sortir la dysphorie de genre de son carcan psychiatrique et est nommée en 2009 comme l’une des principales héroïnes trans* de Stonewall.

Aujourd’hui

Lynn est retraitée, mariée à Charles. Elle a été récompensée par les plus hautes distinctions professionnelles et académiques qu’un ingénieur puisse recevoir. Elle est Dr honoris causa de plusieurs grandes universités américaines. Mais surtout, Lynn a été choisie en 2014 par Time Magazine comme l’une des 21 personnes trans* qui ont le plus influencé la culture américaine, et en 2015 elle a rejoint le groupe “The Trans 100”, des 100 transgenres ayant le plus contribué à la cause.

Chaque fois que vous allumez votre smartphone, votre ordinateur ou démarrez votre tablette, pensez que sans Lynn Conway, ces objets seraient sans doute encore loin d’exister. Elle était pourtant née petit garçon.