ÉPICÈNE

Communiqué de presse

Le titre du débat de l’émission FORUM du 24 juillet était « Les associations LGBT: trop institutionnalisées, pas assez combatives? ».

Dans cette émission, visible également sur RTS2, Marjo Blanchet s’est exprimé·een soutenant les actes de vandalisme profanés contre le mur des réformateurs et leur revendication anonyme.

Marjo Blanchet a été identifiée comme membre d’un parti politique et également d`ÉPICÈNE, oralement et en sous-titrage. Cette identification figure aussi sur Play RTS. Elle a donc sciemment et volontairement été mise en avant par la RTS et l’intéressé·e.

 

ÉPICÈNE tient à préciser :

Premièrement, ÉPICÈNE est une organisation apolitique dont les membres adhèrent aux statuts en s’inscrivant, ce que manifestement Marjo Blanchet, membre depuis le 2 juillet 2019, ne fait pas.

Deuxièmement, ÉPICÈNE condamne avec la plus grande fermeté tous les actes de vandalisme, de violence et de non-respect des idées autres que les siennes. En particulier, ÉPICÈNE condamne sans réserve les jets de peinture contre le mur des réformateurs, s’associe à toutes les associations LGBTIQ qui ont pris cette position et se distancie complètement des anonymes s’étant exprimés en faveur de tels actes sur la toile. 

Quatrièmement, ÉPICÈNE soutient totalement les propos tenus sur le plateau de FORUM par Matthias Ehrardt, co-président de la fédération genevoise des associations LGBT, même si cette dernière a refusé sa candidature récemment.

Cinquièmement, ÉPICÈNE relève que sa création est effectivement due au fait que le T de LGBT a été systématiquement tenu à l’écart durant toutes ces années par les associations LGBT généralistes qui disent pourtant défendre les personnes trans* en ayant peu, voire pas de compétences à ce sujet. Son intense combat se fait et se fera toujours dans le respect du droit et de la démocratie.

ÉPICÈNE regrette également que la RTS n’ait pas pris contact avec elle avant l’émission FORUM pour s’assurer que Marjo Blanchet pouvait s’exprimer en son nom, ce qui n’était absolument pas le cas. Seuls les membres du comité le sont, et en particulier sa présidente ou sa secrétaire-juriste. 

ÉPICÈNE précise enfin qu’à ce jour elle n’a pas reçu de fonds de la ville de Genève et que, par conséquent, ce communiqué n’exprime que ses opinions et pas ses intérêts.