Dans la première partie, d’environ 28 minutes, de son émission du 12 janvier, 36.9° aborde la prise en charge médicale de la transidentité au travers d’un regard factuel, professionnel et tendre. Le sujet est principalement présenté sous l’angle des jeunes et des adolescents.

Miya, Liam et Léon expliquent la souffrance engendrée par une image d’eux-mêmes ne correspondant pas à leur ressenti profond avec pertinence.

Les parents de Miya font part des craintes provoquées par le « coming out » de leur fille et témoignent avec beaucoup de tendresse, à la fois des difficultés à surmonter et de l’évolution extrêmement positive que la transition à apporter à leur enfant. Une fois de plus, l’importance du soutien familial est démontrée. Pour les parents, un soutien, souvent indispensable, peut être obtenu auprès des professionnels de la santé psychique, mais également auprès d’associations trans* comme Agnodice ou ÉPICÈNE qui proposent, entre autres, des groupes de parents.

Céline et Jörg témoignent de leurs craintes et de leur amour à Miya qui leur a permis d’accompagner leur fille durant son parcours

La doctoresse Ambresin, Médecin cheffe du service de santé des adolescents du CHUV, explique l’approche transaffirmative appliquée en Suisse. Entre autres, elle relève que cette approche ne prescrit pas de traitement médical après deux ou trois rendez-vous seulement, qu’aucun traitement médical n’est proposé avant l’adolescence et que les parents font eux aussi une transition, ce qu’il est important de comprendre.

L’ensemble de ces témoignages démontrent que l’approche transaffirmative est la meilleure approche connue actuellement, et notamment la seule à respecter le ressenti et la souffrance des personnes trans*.